Eric Zemmour, victime de la symptomophobie

Publié le par ledaoen ...

zemmour

Pour avoir déclaré, le 6 mars 2010 chez Thierry Ardisson : « Mais pourquoi on est contrôlé 17 fois ? Pourquoi ? Parce que la plupart des trafiquants sont noirs et arabes, c’est comme ça, c’est un fait. » Eric Zemmour vient d’être condamné à 2 000 euros d’amende avec sursis.

Je peux comprendre que le propos de Zemmour ait pu choquer un certain nombre de nos concitoyens noirs et arabes. Avec un minimum d’empathie, n’importe qui est capable d’imaginer ce qu’ils ont pu ressentir en entendant cette citation relayée urbi et orbi par les indignés professionnels. Mais là n’est pas, je crois, le vrai point clé de cette condamnation.
Le vrai problème avec cette déclaration d’Eric Zemmour, c’est que – selon toute vraisemblance – il dit vrai. Le tribunal correctionnel de Paris, lui-même, note que si ses propos sont potentiellement « choquants », ils ne sont pas pour autant « diffamatoires » : c’est-à-dire qu’il valide la véracité de l’affirmation de Zemmour mais lui signifie, par sa condamnation, que la loi de ce pays interdit de dire cette vérité en public.

La triste réalité est donc là, presque officielle, nos jeunes compatriotes noirs ou arabes ont plus de chance de finir trafiquants que leurs camarades blancs ou asiatiques mais il nous est interdit de le dire. Là où, dans une démocratie sereine, la remarque de Zemmour aurait du nous alerter sur un phénomène de société inquiétant qui nécessite – au moins – qu’on en parle nous avons explicitement choisi de pratiquer le politique de l’autruche.

Le moins que l’on puisse dire c’est que je suis rarement d’accord avec Eric Zemmour mais s’il y a une chose que je trouve profondément utile et nécessaire dans une démocratie digne de ce nom, c’est la pluralité des opinions. Et Eric Zemmour, de ce point de vue et par les temps qui courent, n’est pas seulement utile et nécessaire : il est indispensable.
Sa condamnation relève au fonds de la même logique qui celle qui proscrit les statistiques ethniques : nous réagissons comme si, quand il y a un problème, il suffit d’interdire d’en évoquer les symptômes pour qu’il disparaisse. Mais bien sûr il ne disparaît pas et bien au contraire, il est tout à fait probable que la victoire judiciaire des accusateurs de Zemmour soit une nouvelle défaite pour nos compatriotes d’origine africaine. Sauf qu’eux, ils paieront toute leur vie.

George Kaplan, pour Causeur

Article dans son édition originale

Publié dans Idées

Commenter cet article