De l'utilisation du mot "rafle" au sujet des descentes chez les clandestins

Publié le par ledaoen ...

« Une rafle est une arrestation en masse d'une partie ciblée d'une population, faite à l'improviste et organisée par la police. Ce type d'arrestation est basée sur l'effet de surprise, afin notamment d'empêcher les personnes visées par l'arrestation de s'organiser pour y échapper. »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Rafle

D’après la définition de Wikipedia, ou de celle de la plupart des dictionnaires de langue française que j’ai pu consulter, le terme « rafle » s’applique bien aux descentes organisées de la police dans les quartiers à forte concentration de sans papiers et autres sorties des écoles afin d’arrêter le maximum de personnes en situation irrégulières et les intégrer dans une procédure de reconduite à la frontière.

Les agissements du bien nommé « ministère de l’immigration et de l’identité nationale », sous l’impulsion d’un Président de la République soucieux de ne pas décevoir la frange de son électorat issu des rangs du lepénisme sont certes condamnables et difficilement défendables dans une Démocratie qui se targue d’être un modèle d’humanisme et qui se permet de donner des leçons en ce sens à ses partenaires Européens ou Nord-Américains. Le problème de l’immigration clandestine est un problème bien trop sensible et compliqué pour se satisfaire de haussements de menton médiatiques impliquant de « faire du chiffre ».

Ceci étant dit :

- La plupart de nos voisins européens agissent de même, et bien souvent avec plus de brutalité.

- Les plumitifs imbéciles de certains journaux radicaux ou de « collectifs de soutien aux sans papiers » cherchant à se faire de la publicité à bon compte et à flatter la mauvaise conscience en comparant ces rafles à celles - historiquement marquées – du Vel d’Hiv ou plus généralement aux rafles des juifs de France lors de l’occupation me font vomir. Comme s’il était nécessaire de le rappeler à ces abrutis incultes et négationnistes, il ne s’agit pas de rafler des populations étrangères afin de les interner dans des camps de la mort où il seront gazés au Zyklon B mais plus simplement de rapatrier des personnes qui se trouvent sur le sol Français de manière illégale vers leur pays d’origine. En gros, il s’agit d’appliquer la loi votée dans une démocratie par les représentants du peuple.

- Les rafles de sans papiers, quoiqu’en disent les bonne conscience de la gauche caviar et bien pensante, ne sont pas l’apanage du gouvernement de Monsieur Fillon ou de la Présidence Sarkozy, taxé ici ou là de grand fasciste par des gamins incultes qui n’ont aucune culture historique ou par des politiques « bien intentionnés » cherchant à se faire de la publicité. Il serait bon de rappeler que sous le gouvernement Jospin, Monsieur Chevènement, alors ministre de l’intérieur, organisait ce type de rafle avec tout autant de succès et d’auto satisfaction.

- Si le terme rafle s’applique aux arrestations de masse de clandestins, il s’applique tout autant aux descentes de police dans le milieu du grand banditisme ou des trafiquants de drogue. Les rafles policières ne sont donc pas l’apanage d’un état totalitaire mais tout simplement une méthode d’arrestation policière qu’on peut critiquer par ailleurs à condition de savoir qu’elle a toujours été appliquée dans tous les pays du monde et à toutes les époques. Ce n’est pas parce que la Police réalise des rafles pour faire appliquer la loi (ce qui est sa mission) qu’on peut crier au loup et au retour de l’Abbé Timonde comme le font tous ces nains incultes pour faire parler d’eux dans les journaux bien pensants ou pour faire cool et sympa dans les dîners en ville.

Il serait bon de cesser par simple blocage idéologique de dire les pires âneries au sujet de thèmes sur lesquels on ne fait pas la moindre recherche. Je n’ai aucune sympathie particulière pour Monsieur Sarkozy (mon récent article sur Mickey et Minnie à Disneyland est là pour le prouver) ni pour son binôme Hortefeux, et encore moins pour cette Présidence Gling Gling qui est en train de se dessiner sous nos yeux. Mais je dénie à tous les politiques et sympathisants de gôche ou d’extrême gôche le droit de lui donner des leçons de morale.

Car enfin :

- Qui a intégré dans son équipe gouvernementale le plus de femmes depuis que notre Pays est une République ?

- Qui a intégré dans son équipe gouvernementale le plus de personnes issues des minorités visibles, y compris dans un des ministères régaliens les plus important de la République à savoir celui de la justice ? A ce sujet par ailleurs les bonnes consciences de gôche qui dénoncent les agissements délictueux du frère de Madame Dati me débectent autant que les éructations d’un Lepen : « Regardez ! Son frère est un dealer de drogue » … Ca sent le nauséeux « C’est bien une arabe » … Même sans le dire. Les agissements du frère de Rachida Dati m’importent tout autant que ceux de la voisine de l’abbé Pierre, et les ressortir comme une arme contre la ministre de la justice m’indiquent des intentions bien moins morales que ces parangons de vertus voudraient bien le faire croire.

- Qui a supprimé la double peine ? Monsieur Jospin en son temps, je vous le rappelle, avait refusé ne serait-ce que d’aborder la problème avec les organisations de défense des détenus.

- Qui a reconnu l’Islam comme religion officielle de France ? Qui a créé le Conseil Français du Culte Musulman ?

On va me rétorquer que tout cela n’est que de la poudre aux yeux, de la magouille électoraliste, que Mesdames Rachida Dati, Rama Yade, Fadela Amara ne sont que des pantins entre les mains de Sarkozy (forcément ce sont des arabes et des noires), alors même que ces trois personnalités gouvernementales sont sans doute les personnes les plus courageuses et les plus indépendantes de l’équipe qui est au pouvoir aujourd’hui.

De la poudre aux yeux peut être, je ne suis pas sur que les personnes qui ne sont plus soumises à la double peine pensent comme ces dénonciateurs de salon.

L’enfermement idéologique à ceci de rigolo qu’une décision qui va dans le bon sens est forcément prise pour de mauvaises raisons lorsqu’elle est prise par quelqu’un qui n’est pas de votre prison intellectuelle mais toute au contraire prise pour d’excellentes raisons lorsqu’elle est issu de son rang idéologique.

Libérez vous et pensez par vous-même bordel !!!

Et renseignez vous un minimum avant de prendre une opinion pour la vôtre alors qu’elle ne vous est dictée que par votre enfermement idéologique.

« Les convictions sont des prisons » Friedrich Nietzsche.

ledaoen ...

Publié dans Actualité

Commenter cet article

bouik 12/02/2008 01:57

À l'issue de cette "tempête médiatique d'idéologues", il serait amusant de compter le nombre de commentaires et d'articles critiquant l'usage parfaitement banal et tout à fait adapté au contexte du mot "rafle" et l'usage de l'expression NUIT DE CRISTAL par notre grand philosophe adoubé par Sarkozy.

L'USAGE DU MOT RAFLE DANS LE CONTEXTE EST JUSTIFIÉ


L'USAGE DU MOT RAFLE DANS LE CONTEXTE DONT IL EST QUESTION N'EST ABSOLUMENT PAS IMPROPRE, BIEN AU CONTRAIRE. IL S'AGIT d'UN TERME UTILISÉ POUR UN CERTAIN TYPE D'INTERVENTION POLICIÈRE, QUI N'A JAMAIS ÉTÉ ABANDONNÉ , DONT L'USAGE EST BANAL ET LARGEMENT ANTÉRIEUR À L'ÉPOQUE DE VICHY.

SEULS DES FLICS OU DES WOULD-BE FLICS DE LA PENSÉE ET DE LA LANGUE PEUVENT PRÉTENDRE VOULOIR RÉGULER L'USAGE DU MOT "RAFLE".

COMPARONS L'USAGE TOUT À FAIT CONFORME DU TERME "RAFLE" À LA MANIPULATION DE L'EXPRESSION "NUIT DE CRISTAL", TERME UTILISÉ PAR FINKIELKRAUT POUR ÉVOQUER UN CRIME RACISTE COMMIS PAR UN DÉLINQUANT CONTRE UN JEUNE JUIF.

RAPPEL :
LA NUIT DE CRISTAL (1938) A SUIVI L'APPLICATION DE 150 MESURES ANTIJUIVES PRISES ET D'UNE MULTITUDE DE DISCOURS VIOLENTS CONTRE LES JUIFS PRONONCÉS PAR UN PARTI UNIQUE À LA TÊTE DE L'ÉTAT.

LE BILAN DU RÉGIME NAZI AVANT 1938 EST LE SUIVANT : IL A "RÉUSSI À STIMULER LES GRANDS TRAVAUX, À RELANCER L'AIDE AUX ENTREPRISES AGRICOLES, IL A FIXÉ LA DURÉE DU TRAVAIL, LE TAUX DE SALAIRE, LA MARGE BÉNÉFICIAIRE DES ENTREPRISES, A SURVEILLÉ LES LOGEMENTS DES TRAVAILLEURS, LEUR A ASSURÉ DES LOISIRS. LE CHÔMAGE A DIMINUÉ CONSIDÉRABLEMENT.

DIABLE !

QUEL PEUT ÊTRE LE RAPPORT EN UN CRIME RACISTE COMMIS PAR UN DÉLINQUANT ET LA "NUIT DE CRISTAL", CRIME DE MASSE COMMIS PAR UN PARTI À LA TÊTE D'UN ÉTAT, DISPOSANT D'UN APPUI FINANCIER CONSIDÉRABLE D'UNE PARTIE DE LA FINE FLEUR DES PATRONS D'INDUSTRIE ALLEMANDS (ON VERRAIT MAL COMMENT LE RÉGIME NAZI AURAIT PU PRODUIRE LES MESURES SUSMENTIONNÉES SANS CET APPUI FINANCIER, MESURES QUI ONT PERMIS AU RÉGIME NAZI DE DEMEURER POPULAIRE, DE DURER ET ENFIN, DE POURSUIVRE SA MARCHE VERS LES MASSACRES GÉNÉRALISÉS).

FINKIELKRAUT A SON PROGRAMME. IL MANIPULE DÉLIBÉRÉMENT UN TERME QUI DÉSIGNE - EXCLUSIVEMENT - UN FAIT HISTORIQUE ET DATÉ ET UN CRIME D'ÉTAT.

SUR LE TERRAIN DE L'ABUS DE LANGAGE ET DE LA MANIPULATION DE CITATIONS, FINKIELKRAUT EST CHAMPION TOUTES CATÉGORIES. HÉLAS, LA FRANCE COMPTE QUELQUES-UNS DE CES TRISTES SIRES, TRÈS DIFFICILES À BATTRE DANS LA SPÉCIALITÉ « MANIPULATION LINGUISTIQUE ET « CITATOIRE »,.


SEULS DES ESPRITS TRAVAILLÉS PAR LE FANATISME POLITIQUE PEUVENT PRÉTENDRE QUE LE TERME "RAFLE" RENVOIE EXCLUSIVEMENT AUX RAFLES DU VEL D'HIV.


TRÉSOR DE LA LANGUE FRANÇAISE
1828-29 « arrestation en masse faite à l'improviste » (VIDOCQ, Mém., t. 2, p. 101); 4. a) 1680 « filet de pêche à plusieurs entrées » (RICH.); b) 1680 « filet à double maille, pour prendre les oiseaux » (ibid.). Empr. au m. h. all. raffel « instrument pour racler le feu » (FEW t. 16, pp. 653-654). Fréq. abs. littér.: 48. Bbg. QUEM. DDL t. 30.

B. Arrestation massive opérée par la police à l'improviste. Synon. descente* (de police), coup de filet* (fam.), razzia (vieilli). Rafles de prostituées sur la voie publique; la police opère des rafles; être pris, ramassé dans une rafle; les rafles de la Gestapo. Alexis fut expédié à Saint-Pétersbourg. Là, il fut ramassé au bout de deux jours (...) dans quelque rafle, et jeté en prison (G. LEROUX, Roul. tsar, 1912, p. 121). Un jour où il avait été pris dans une rafle, car il aimait les filles, mon père lui avait évité le poste (GIRAUDOUX, Bella, 1926, p. 96):

ledaoen ... 12/02/2008 08:58

Bonjour et merci pour votre commentaire argumenté et intéressant, ce n'est pas tous les jours.Ceci dit mon article ne critique aucunement l'utilisation du mot "rafle" dans le cas présent, bien au contraire, j'ai tenté d'expliquer, tout comme vous que les rafles étaient une technique policière banale, aussi bien avant qu'après la période 39-45. Ce type d'opération est courament utilisé dans le milieu du grand banditisme, du trafic de drogues ou du terrorisme. C'est la comparaison avec les rafles racistes de l'occupation avec objectif d'extermination que je dénonce, et non son utilisation dans le cadre cité.Bien à vous.ledaoen ...