Les SDF crèvent, mais Mickey et Minnie se font des mamours à Disneyland Paris

Publié le par ledaoen ...

Jean-Paul Bolufer, Directeur de cabinet de la ministre du logement Madame Christine Boutin, pérorait il y a quinze jours sur France Culture, la main sur le cœur, l’emphase empathique, et des trémolos de bonne conscience dans la voix qu’il était « scandaleux que de nombreux logements sociaux type HLM soient occupés par des personnes qui n’en ont pas besoin ». C’est bien. Surtout venant d’un cadre du ministère du logement au moment où les SDF tombent comme des mouches sous les crocs du grand froid hivernal et où des tentes s’installent dans Paris pour en loger quelques centaines.

Malheureusement pour lui, le Canard Enchaîné a révélé ce mercredi que Jean-Paul Bolufer "bénéficie d'un loyer équivalant à celui des HLM réservées aux foyers les plus modestes, soit 6,30 euros du mètre carré" pour un logement situé dans un immeuble haussmannien du quartier de Port-Royal (5e arrondissement), et qui bénéficie d'une "double exposition et d'une très jolie vue sur la chapelle du Val de Grâce", et d'un parking.

Pan sur le bec !

Une fois encore, les agissements d’une certaine élite politique laisse sans voix, en dehors de l’erreur tactique manifeste de ce monsieur qui aurait mieux fait de fermer son clapet, il y a là la preuve qu’on se croit inatteignable au sein de la nomenklatura française. Et bien qu’il ne faille pas crier « au loup » et faire un poujadisme de bas étage, on ne peut que constater avec regret que les conséquences de ce genre d’agissements seront de faire dire au peuple qu’ils sont « tous pourris », qu’entre eux c’est « magouille et compagnie » et que décidemment, en dehors de quelques poses médiatiques, les politiques n’en ont rien à foutre du malheur de leurs concitoyens. C’est triste, et surtout, c’est dangereux au sein d’une démocratie déjà bien fatiguée qui avait lancé, comme dans un dernier sursaut d’espoir, un appel fort lors des dernières présidentielles pour un changement décisif (pour ne pas dire une rupture) dans les pratiques de nos dirigeants.

La visite du Colonel Kadhafi en France est du même acabit. Le « Guide de la grande révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste », pour avoir libéré quelques infirmières qu’il avait fait mettre au trou et menacé d’exécution capitale de façon tout a fait arbitraire, a été reçu tel un chef d’état démocratique pour négocier des contrats nucléaires en tête à tête avec le président de la République. Tous les petits nazillons totalitaires de la planète savent maintenant ce qu’ils doivent faire. Kidnapper des citoyens européens, ou mieux, français, les menacer d’exécution capitale et les torturer, puis négocier leur libération avec Sarko contre quelques centrales nucléaires et une visite respectueuse pour s’essuyer les pieds sur les tapis rouges que nous déroulerons devant eux. Nous sommes bien loin des déclaration préélectorales de Monsieur Sarkozy, qui, de la rupture plein la voix, assurait que plus jamais la politique étrangère de la France ne ferait la part belle aux dictatures, et que pour les droits de l’homme, on allait voir ce qu’on allait voir.

Lamentable.

Lamentable peut être mais bon, on consulte ensuite les cabinets de communication, et pour redorer son blason auprès de la ménagère de moins de 40 ans, on organise dare-dare une balade de Mickey Sarko et Minnie Bruni qui se font des mamours à Disneyland Resort Paris, le grand complexe festif touristico-industriel de l'est parisien.

On croit rêver.

Ainsi notre Président a décidé « d'exposer son trophée féminin aux regards mornes et froids des objectifs photographiques. On notera donc que le Monsieur Sarkozy invite la femme de son coeur dans un espace dédié au plaisir codifié, au délassement organisé, à la festivité obligatoire, aux réjouissances entreprisées, au bonheur mesuré... Nous sommes là dans un univers festif, dans l'hyper-« show » télévisuel et photographique cher au regretté Philippe Murray, où chaque histoire d'amour peut se réduire à un clip vidéo. »

Trop fort !

« La République française est comme un passage à niveau : les trains qui passent, bruyamment, cachent toujours d'autres trains, et d'autres, et d'autres encore...  la « rose » est-elle destinée à nous faire oublier le dictateur ? Le sinistre leader arabe Kadhafi, autrement appelé « Botoxman », dans une hilarante chronique de Michèle Stouvenot du JDD de la semaine dernière, vient à peine de quitter le territoire national que le chef de l'état redonne un coup de fouet à la communication élyséenne : le Président ne fait pas que vendre des Airbus et des centrales nucléaires à des anciens terroristes notoires, il courtise aussi des anciens mannequins. Mickey et Minnie Mouse, souris anthropomorphes de l'hyper-spectacle cherchent donc à nous faire oublier la venue de Botoxman... » François-Xavier Ajavon surlering.fr

« Le chef de l'Etat attendait un terroriste à la retraite, un dictateur repentant en quête de rédemption, et qu'a-t-il vu débouler ? (...) Une vieille rock star en quête de box-office. Un mix de Mick Jagger et de Michael Jackson. La bouche pulpeuse et lippue, siliconée à la Michel Sardou , le cheveu noir corbeau Régécolor à la Jack Lang , le visage comme rafistolé par un Picasso du scalpel, le poil au menton hirsute, la moustache maigre, c'était Botoxman. Au Louvre, Belphégor. A l'Assemblée, Dark Vador dans La guerre des étoiles. Il y a de quoi être saisi ».  Michèle Stouvenot dans le  JDD

 

Après le « Kadhafi tour », l'Elysée nous offre une nouvelle super-production du « Château » élyséen : le « Carla Bruni tour ».

En quelques mois, le candidat qui dénonçait et voulait en finir avec la culture de Mai 68, est devenu un Président qui s’est rapproché de la Chine Communiste , qui fait ami-ami avec Hugo Chavez, le grand Conducator Socialiste du Venezuela, discute en direct avec les FARC, terroristes révolutionnaires castristes de Colombie, prend des cuites avec Poutine, et reçoit en grandes pompes le sinistre Guide Libyen Kadhafi (Guide en italien ça donne Duce, et en Allemand, Führer)

« Mais qu'importe l'orientation diplomatique que prend l'hexagone, si Mickey et Minnie se font des câlins, médiatiques et sucrés, à Marne la Vallée... Qu'importe que la France ait été bafouée par la visite du "Guide de la grande révolution de la Grande Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste", tant que le grand show festif s'accomplit, et se déploie jusqu'à l'apoplexie. Nous avions tort de penser que le calendrier de Sarkozy était un calendrier politique, c'est un calendrier de l'avent... »

François-Xavier Ajavon surlering.fr

Allez, bonnes fêtes de la nativité et du retour de la lumière à tous. C’est pas gagné.

 

ledaoen …

Publié dans Actualité

Commenter cet article