CYCLES 21

Publié le par ledaoen ...

Trois flammes, trois bougies.

Bjork remixée par Massive Attack.

Tu t'endors, sur le dos, ta peau blanche lacérée de draps mouillés, souillés, aux senteurs animales qui s’échappent autour de nous.

Baiser à la nuit.

Tes jambes ouvertes, ta vulve offerte, d’où s’écoule encore un filet de ma sève, lentement, vers l’intérieur de ta cuisse, avant de s’élargir sur le blanc du drap, puis de s’y mélanger.

Tu t’abandonnes à la nuit.

Savoir savourer ce qui est là, alors que mon cerveau tourne à vide.
Avec toi, mais à vide.

Je te regarde et te vois.
Je te vois et te vis.
Je t'aime.
Mais je suis vide.

Puissance incompressible de la passion. Te regarder dormir.
Ton coeur, ton corps, ton âme, ton cul ... là ... pour moi.

Beauté décalée, sensualité.
Bonheur et tristesse.

Soirée percussive au Caf’ Conc’ du coin, toi, belle, ronde, mouvante, et ces djembés que tu faisais danser.

Toi, onde sauvage, ton cul contre mon ventre, qui me guide, me dirige, qui m’englouti. Toi,  habitée par les percussions sauvages qui s’échappaient des peaux que faisaient chanter cette bande de maliens complètement siphonnée.
Ces regards dévorants, violeurs.

Toi, belle, désirante et désirée.

Mes mots brûlants, soufflés dans ton oreille.

Ta sueur salée qui coulait sur tes épaules nues, et que je happais avec gourmandise.

Tes fragrances animales

Et cette explosion finale dans ce plumard, nos salives brûlantes qui se mélangent, cette supplication au diable pour que le temps s’arrête, tes cris, mes larmes, ton ventre qui se libère de liquides épais qui coulent sur mon visage.

Et ce calme à présent.

Tu dors.
Et moi je pleure.

Tu vas mourir bientôt.

Commenter cet article