CHIENLIT SOUS LES TROPIQUES, par Urbain-Roussel M'VOUAMA

Publié le par ledaoen ...

Afrique, Dom-Tom..., partout des voix s'élèvent pour dénoncer les injustices sociales et économiques ; ce suite aux élucubrations politiciennes de ceux qui sont censés nous diriger. Car gouverner c'est aussi prévenir les conflits ; et non seulement apporter à la « va vite » des solutions éphémères apaisantes, occultant souvent le fond et l'origine des problèmes. Aucun remède opportun ou simpliste ne peut tenir dans un corps en décomposition.

En Afrique, les dictateurs-kleptomanes et leurs sbires avides de pouvoir absolu, méprisent les initiatives constructives et les revendications légitimes de celles et ceux qui osent résister à leur hégémonie clanique et autocratique. Des tyrans plus ou moins sanguinaires, ayant tendance à transformer l'Armée Nationale républicaine (au service d'un Peuple souverain), en une milice ethnique surarmée (au service d'un monarque aux abois).
L'Armée doit rester dans les casernes pour défendre la Nation en cas d'une menace venue d'un autre pays ; et non pour aller superviser des scrutins électoraux conçus pour gagner d'avance.

Dans les Dom et les Tom, le « code noir » napoléonien semble avoir fait place au « code barre » ; qui n'a cessé d'entamer le pouvoir d'achat de celles et ceux, né(es) dans la « rue cases nègres ». Ce, tout en les maintenant professionnellement dans des fonctions subalternes ; pour ensuite consommer des produits « imposés » faute de choix, distribués par les grandes enseignes nationales. Lesquelles abusent depuis longtemps de leur situation de monopole commercial...
Toutes ces injustices étaient connues de tous. Mais hélas, il a fallu attendre des grèves paralysantes (méprisées au début par nos gouvernants), pour que l'Etat joue au « pompier-pyromane volant ».
Cela s'appelle : gouverner à vue d'oeil depuis Paris.

Sans vouloir attiser les évidentes velléités indépendantistes, actives ou sournoises (longtemps étouffées à travers des sucettes sociales), une citation de Feu Jean-Marie TCHIBAOU, un leader autonomiste Kanak,  me vient à l'esprit : « La Dignité et la Liberté d'un être Humain ne se négocient pas. Mieux vaut mourir pauvre dans la liberté que vivre riche dans l'asservissement ».
En effet, il y a fort à craindre que les revendications syndicales axées sur les salaires et la vie chère ne se transforment à terme, en revendications sociopolitiques ethniques plus ou moins nationalistes voire revanchardes. Car les haines ancestrales se transmettent d'une génération à une autre...

 

Je conclus mon propos par cette maxime : « Les conflits et les guerres précèdent les évolutions ». 
Espérons que cette réflexion qui nous pousse à regarder vers le futur, après avoir bien analysé le passé et le présent, retiendra l'attention des jeunes générations ; obligées inéluctablement de prendre leur  avenir en main, au lieu de se laisser manipuler. Car rien n'est pire que l'anarchie ; c'est-à-dire de vivre sans gouvernement, sans loi et sans justice. Paix profonde !

 

Urbain-Roussel M'VOUAMA
25000  Besançon-France                  
ur.mvouama-cure@neuf.fr
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article