Najib allait au cinéma ...

Publié le par ledaoen ...

Lorsque les agents assermentés de la République se comportent comme des nazis sans foi ni loi à l’encontre des enfants de la République qui n’ont pas l’heur d’avoir la couleur ou l’origine qui conviendrait, comment s’étonner que cette partie de notre jeunesse, qui subit quotidiennement ce type d’agression raciste par des officiers dont la mission est de protéger et de sécuriser les populations, se retourne ensuite violemment contre la société et tous les symboles de l’état ?

Tant que notre police, encouragée par les haussements de menton médiatiques de tel ou tel politique avide de présence médiatique (je ne vise personne bien entendu), ne sera pas purgée sévèrement de toutes ces crevures racistes qui malheureusement sont encore légion en son sein, ne nous étonnons pas que cette violence se retourne contre elle et contre l’ensemble des symboles de l’état dans des actes désespérés et destructeurs.

Pour être respectée, la police doit être avant tout respectueuse des hommes et des lois qu’elle est censée défendre et protéger. Elle doit faire le ménage en son sein, à coup de « Karscher » s’il le faut. Les petites saloperies néo-nazie qui pullulent en son sein doivent être chirurgicalement extirpée du corps de la police nationale, faute de quoi, les affrontements entre agents de l’état et jeunesse défavorisée reprendront, se poursuivront, pire, s’aggraveront, et il n’y aura pas à s’en étonner. Lorsqu’on est confronté à une telle haine, on n’a pas d’autre solution que de se battre avec l’énergie du désespoir.

Cette histoire est rigoureusement authentique, elle a été recueillie pas l’ancien professeur de Najib, le professeur de philosophie Bernard Defrance qui participe aux « Cahiers Pédagogiques ». L’autorisation a été donnée pour la reproduire et la diffuser autant qu’on le souhaite. Vous pouvez d’ailleurs aller réagir à cette affaire sur le site de Bernard Defrance :  www.bernard-defrance.net

Bonne lecture, c’est édifiant :

« Samedi 21 janvier 2006, je suis sorti de chez moi à Aubervilliers, vers 20 heures, pour aller au cinéma à Épinay-sur-Seine : j'avais rendez-vous avec ma copine à 22 heures. Comme il était déjà 21 heures 30 passées et que j'avais peur d'être en retard, arrivé dans Épinay, j’ai coupé à travers une cité pour arriver plus vite. Deux jeunes marchaient derrière moi dans la même direction, quand une voiture de police s'est soudainement arrêtée à leur hauteur, des policiers sont descendus en leur criant de ne pas bouger, j'ai entendu le bruit d'objets qui étaient jetés au sol, et les deux jeunes ont pris la fuite en me dépassant et en courant. Moi je continuais à marcher simplement, étranger à cette histoire. Les policiers se sont mis à poursuivre les deux jeunes. Ils ne m'ont rien dit, m'ont dépassé, et j'ai continué à marcher dans la même direction, je les ai perdus de vue. Un peu plus loin, je les ai revus : ils avaient rattrapé un des deux jeunes et l'avaient menotté, le jeune était par terre et ils le frappaient à coups de pied, à coups de poing et un lui écrasait la tête par terre sous sa chaussure ; le jeune leur criait d'arrêter, qu'il était asthmatique.
 
J'ai continué à marcher, en m'éloignant. Mais brusquement un des policiers m'a crié : « Viens là toi, fils de pute ! » et je n'ai rien compris ! Je suis allé vers eux et un des deux m'a brusquement flanqué un grand coup de pied dans le ventre et je me suis retrouvé par terre, menotté les mains derrière le dos. J'ai essayé d'expliquer que je ne connaissais pas ces jeunes, que je ne faisais que passer, que je n'étais pas avec eux. Le policier s'est mis à me frapper partout à grands coups de pied dans le ventre, dans les côtes, dans le dos et m'a immobilisé sous sa chaussure sur la nuque en m'écrasant la figure par terre. J'ai crié que j'étouffais, il a alors recommencé à me frapper à coups de pied, je croyais que ça n'allait pas s'arrêter ! Finalement il s'est arrêté et m'a traîné dans leur voiture : l'autre jeune y était déjà et ils lui ont demandé s'il me connaissait, il leur a dit que non pas du tout, j'ai essayé d'expliquer calmement à nouveau que je n'y étais pour rien, dans quelque histoire que ce soit, que j'allais au cinéma, que ma copine m'attendait à 22 heures devant. Le policier a recommencé à me frapper à coups de poing, je n'ai plus rien dit. En s'asseyant à côté de moi il m'a crié : « Pousse-toi ! Je ne me mélange pas avec ta race ! », et on est arrivé au commissariat d'Enghien-les-Bains.

Ils m'ont menotté sur un banc, l'autre jeune aussi, à l'autre bout du banc. Un policier est venu vers le jeune en lui montrant son uniforme maculé de terre et en lui disant : « T'as intérêt à avoir de l'argent parce qu'il va falloir que tu me paies le pressing, sinon c'est ta tête qui va payer ! » Le jeune a répondu qu'il n'avait pas d'argent et le policier s'est mis à le gifler et le frapper. Le jeune a dit :
« Donnez-moi un mouchoir, je vais essuyer. » C'était vraiment humiliant de l'entendre supplier comme ça. Le policier s'est mis à ricaner et a continué à le tabasser, ça a duré un bon moment et il s'est essuyé les chaussures sur son pull, au niveau de son ventre. Ensuite le policier est venu vers moi, j'avais très très peur qu'il me tape aussi mais il s'est seulement mis à me crier dessus en disant : « Et toi, petit pédé, si on retrouve pas le sac on te fait plonger avec lui, vous allez voir ce que c'est que la BAC du 95 ! » Ils ont alors à nouveau demandé au jeune s'il me connaissait et il leur a répondu à nouveau que non. Et ils l'ont emmené. J'attendais sur mon banc. Au bout d'un petit moment un policier est revenu avec un sac à main. Il m'a enlevé les menottes, m'a emmené dans une pièce à part et m'a demandé de me déshabiller complètement. Je me suis déshabillé. Ils ont fouillé mes vêtements, ont trouvé l'argent que j'avais pour le cinéma, soit 17 euros et 26 centimes ! Ils m'ont alors accusé de recel, ils disaient que l'argent appartenait à la victime ! Je ne savais même pas ce qu'il s'était passé, et j'ai dit que c'était faux, que c'était pour le cinéma et je leur ai dit d'aller vérifier à l'entrée du cinéma, que ma copine devait m'y attendre en se demandant pourquoi j'étais en retard ! Ils n'ont rien voulu entendre, je me suis rhabillé, ils ont gardé l'argent et m'ont annoncé que j'étais en garde à vue pour vol et recel. J'ai dû laisser mes lacets, ma ceinture, ils ont coupé et enlevé le cordon de mon blouson, ils m'ont enlevé tous mes bijoux, ma montre. Il était minuit passé et évidemment ma copine devait ne plus m'attendre et s'imaginer que je lui avais posé un lapin. J'avais mal partout à cause des coups qu'ils m'avaient mis dans la rue et dans la voiture, et je pensais que l'autre jeune devait avoir encore plus mal que moi avec ce qu'ils lui avaient mis en plus au commissariat. Je me disais que s'il lui venait à l'idée de porter plainte je pourrais être témoin !
 
Un médecin est venu me voir, il ne m'a qu'à peine regardé, il m'a
vaguement ausculté à travers mes vêtements en me demandant si j'avais des problèmes de santé. Je ne lui ai rien dit de mes douleurs. J'étais complètement démoralisé. J'ai aussi vu un avocat qui m'a seulement dit que j'allais bientôt sortir. J'ai à peine dormi. L'odeur de cette cellule était horrible. À chaque fois que je m'allongeais pour essayer de dormir, les petits boutons en métal sur les côtés de mon jean me rentraient dans la peau et ça me réveillait. Le matin j'étais complètement abruti. Ils m'ont donné un jus de fruit.
 
Vers 9 heures 30, on est venu me chercher pour un interrogatoire ; j'ai à nouveau expliqué que je n'étais pour rien dans toute cette histoire, que je ne faisais que passer et que l'argent m'appartenait. On m'a redescendu en cellule. On m'a donné à manger vers midi et vers une heure et demie on est venu me rechercher pour me confronter à un des membres de la patrouille qui m'avait arrêté. Et là je crois que cela a été le pire moment : j'ai vu et entendu comment un homme pouvait mentir de sang-froid, affirmer des choses qu'il savait parfaitement être complètement fausses. Il a prétendu que j'étais bien avec les deux autres, que nous étions en train de nous partager le butin et que c'était moi qui avais tout jeté en les voyant arriver ! J'ai répondu que c'était totalement faux, que j'étais bien en avant de ces jeunes quand ils avaient pris la fuite, que les policiers m'avaient dépassé en leur courant après sans s'occuper du tout de moi au début, que si j'avais été dans le coup j'aurais parfaitement pu m'échapper sans que personne s'en aperçoive alors qu'ils étaient déjà loin devant et qu'ils ont attrapé l'un des deux. Le policier de la BAC n'a rien répondu, il se contentait de me regarder d'un air méprisant et ironique. Le capitaine qui menait l'audition m'a demandé si j'avais autre chose à ajouter. Les larmes me sont venues aux yeux, je n'arrivais pas à comprendre comment un policier, un homme tout simplement, pouvait mentir à ce point sachant le tort immense qu'il commettait, comment après il pouvait se regarder devant la glace, comment des salauds pareils pouvaient porter l'uniforme qu'ils portent. J'ai simplement dit : « Non, je n'ai rien à ajouter, ça ne sert à rien de parler à une personne qui ment et qui n'est pas honnête. » Je suis redescendu en cellule. Je pleurais. J'avais encore mal partout. Tout cela était complètement injuste.

On est revenu me chercher à 16 heures. On m'a rendu mes affaires, mais pas l'argent. Et j'ai été relâché avec une convocation au tribunal correctionnel de Cergy-Pontoise pour le 28 septembre : je suis accusé d'avoir, à Saint-Gratien, « sciemment recélé » 55 euros, un téléphone portable de marque Nokia et une carte bancaire Visa !

Je suis rentré à pied, d'Enghien à Aubervilliers. Arrivé le soir chez moi, les deux premières choses que j'ai faites ont été de téléphoner à ma copine et ensuite à mon ancien professeur. Seulement après, j'ai pris une douche, mangé et dormi.

Lundi matin, sur les conseils de mon ancien professeur, je suis allé voir mon médecin qui m'a fait un certificat et ensuite j'ai écrit ce récit. Mon professeur en a corrigé l'orthographe et le français et je l'autorise à le publier, sous mon seul prénom, sur son site internet.
 »

Najib

 

Publié dans Actualité

Commenter cet article

Kamel 04/03/2006 18:49

C'est rigolo comme tu censures mesréponses à tes bêtises.
Ca prouve une chose: t'as tort et tu ne veux pas reconnaître tes erreurs.
Ta haine te rend aveugle et bête.

ledaoen ... 05/03/2006 11:10

Déjà répondu dans la réponse précédente monsieur le "responsable d'une immense société". Paranoïa et haine font mauvais ménage le savez-vous ? C'est le lit de tous les extrémismes et de tous les fanatismes ... mais bon ... je ne pense pas que vous ayez suffisemment d'épaisseur intellectuelle pour entamer une discussion sur ce thème.

Kamel 04/03/2006 18:34

Ne te gênes surtout pas à me traiter de "sale bougnoule". Quant à mon écriture en français, je m'en moque. Ce n'est pas ma langue maternelle. Je suis mieux que toi parce qu'au moins je connais ta langue. Par contre toi tu ne connais rien de ma langue , à savoir la langue arabe.
De plus tu ne connais rien de ma religion musulmane. Tu prétends que des musulmans ont publié les caricatures de Mohammed. Tu montres par là à quel point, non seulement que tu es un petit facho serinant la haine raciale et religieuse,mais aussi que tu es un parfait ignorant irrécupérable.
Tu ignores sûrement que comme pendant l'occupation de la France par les Allemands, beaucoup de Gaulois coopéraient avec l'ennemi. On les appelait les traîtres ou les collabos.
Figures-toi, grand ignare, que dans le monde arabe, il existe également de nombreux collabos et traîtres, qui haissent les leurs.
Sais-tu qu'au Front National, ce parti compte de nombreux arabes dans ses rangs qui nourrissent de la haine pour leurs propres frères? Je te cites un seul nom parmi des centaines à savoir Farid Smahi qui fut longtemps un grand responsable de ce parti sur l'Ile-De-France.
Sais-tu au moins qu'il y a de nombreux nord-africains votent Le Pen (cette info doit te réjouïr..). C'est une preuve de plus qu'au sein de la population arabo-berbère ou d'origine arabo-berbère haïssent leurs semblables.
Je ne'ai pas beaucoup de temps à te consacrer pour te faire des explications terre-à-terre parce que je suis responsable d'une immense société...Du coup, je suis très pris ailleurs...

ledaoen ... 05/03/2006 11:07

Cher monsieur le "responsable d'une immense société",Vos propos transpirent la haine et la paranoïa et c'est bien triste pour vous, lorsqu'on se gargarise à longueur de phrase comme vous le faite avec des termes tels que "sale bougnoule"et de  "petit rejeton de facho", et bien on ne s'étonne pas ensuite d'être confronté au rejet des autres ... Le fait même que vous assimiliez les musulmans qui soutiennent la liberté d'expression avec les collaborateurs du régime nazi qui extermina industriellement des millions de personnes montre dans quel état avancé de confusion mentale se trouve le petit pois qui vous sert de système nerveux central. C'est vous qui êtes un traître à la religion musulmane, c'est vous qui la caricaturez avec de tels propos haineux et intolérants, c'est vous qui cherchez à faire croire qu'il s'agit d'une religion d'abrutis dans votre genre, c'est vous qui faites que des centaines de millions de musulmans dans le monde soient ensuite assimilés à des petits imbéciles haineux dans votre genre alors qu'il n'en est rien. Ce sont les abrutis de barbus islamistes qui foutent le feu et se saoulent de violence, et des ignorants dans votre genre qui produisez les pires caricatures de la religion musulmane en la faisant passer pour une religion d'abrutis alors qu'elle fut l'une des cultures les plus productive de progrès scientifique et artistique au Moyen Age. Vous êtes le pire ennemi de la religion musulmane monsieur le "responsable d'une immense société", c'est à cause de gens comme vous que l'immense majorité des musulmans, ouverte, tolérante et respectueuse des autres et de leur liberté, se retrouve accusée d'intolérance alors qu'il n'en est rien. Si vous aviez parcouru un peu plus intelligemment mon site vous vous seriez aperçu, cher "responsable d'une immense société", que j'y ai aussi publié des textes en arabes, des textes de hauts dignitaires musulmans (notamment de l'Imam égyptien Amr Khaled) qui expliquent les raison de la douleurs des musulmans suite aux caricatures, et qui le font avec immensément plus de respect, d’érudition, et d’intelligence que vous avec vos « sale bougnoule » et vos « petit rejeton de facho ». Vous dites connaître la religion musulmane mieux que moi, ce qui reste à prouver, mais vous en faite une lecture primaire et lamentable. Moi je suis entouré de musulmans, parmi mes amis, et dans ma famille directe, et ils vous cracheraient eux, pour le coup, vraiment à la figure s’ils savaient comment vous ridiculisez cette religion, comment vous en faites tout le contraire de ce qu’elle est avec vos propos de haine.
Vous n’êtes pas un musulman monsieur le « responsable d’une immense société », vous n’êtes qu’un nain intellectuel, sans la moindre culture, sans la moindre ouverture, vous êtes l’ennemi de l’Islam, religion de sciences, d’arts et d’érudition.
Et en plus vous êtes paranoïaque. Certes ce n’est pas l’envie de retirer vos propos de mon site qui me manque tant ils sont nuls, bêtes et méchants, mais vous imaginez de la censure là où il y en a pas, et je n’ai retiré aucun de vos petits commentaires lamentable du site, contrairement à ce que vous affirmez.
Allez monsieur le « responsable d’une immense société », bien le bonjour chez vous, et bon dimanche.

Kamel 03/03/2006 19:16

Ce Najib te cracherait facilement sur la figure s'il savait que tu cautionne les caricatures de ce magazine d'extrême droite danois "Jyllands-Posten".
Tu sais , les coups reçus par Najib ne sont rien devant ce que tu soutiens, petit rejeton de fachos

ledaoen ... 04/03/2006 12:12

Mais oui gros malin ... Figure toi qu'il est beaucoup de musulmans qui n'ont pas ta bêtise congénitale et qui ont eux aussi publié sur leurs sites les caricatures de Mahomet. Il est des musulmans intelligents, cultivés, et soucieux de la liberté figure toi, tout cela semble bien te manquer à toi. Tu n'es qu'un sombre abruti doublé d'un ignorant. Tes amalgames hasardeux sont la preuve de ta parfaite inculture et de ta bêtise.Bonne journée quand même.

Mamadou 03/03/2006 19:11

Tu fais semlant de ne pas cautionner le racisme, mais t'en est un. Tu cites sans vergogne Finkielkraut, ce pseudo-philosophe-pseudo-humaniste qui a pris soin d'afficher son racisme primaire à la presse israélienne, qui l'a par ailleurs bien grillé. N'a-t-il pas dit en parlant de la France: "Blacks, blacks, blacks...."
Honte sur toi petit facho qui veut se refaire une virginité.
Beurk

ledaoen ... 04/03/2006 12:09

Eh ben ... Merci pour cette grande leçon d'argumentation et de qualité rédactionnelle.Ca se passe de commentaires ... votre prose à elle seule est magnifiquement symptomatique et révélatrice de votrer nullité intégrale et de votre inculture crasse. Pas la peine d'en rajouter, donc.

Dr M 01/03/2006 15:41

Triste ... injuste ... à vomir , mais quoi ?? la Police en général ? et la personne , Gardien de la Paix ( majuscule de rigueur ) qui y croit ? faut il lui vomir aussi dessus ? et les soldat enrolé de force , ou croyant en leur patrie sous le regime Nazi , faut il les condamner de même ? et les catharres , croyants et debonnaires , faut il leur vomir l'inquisition ?
Des pourritures , il y en a partout ... en medecine comme chez la poulaille , chez casto comme chez l'epicier du coin ...
La faute à qui ? certainement pas à eux , qui n'ont que leur merde pour exister , mais plutot à nous tous , citoyen , qui laissons faire ... qui n'osons pas intervenir et affirmer notre droit de citoyen à règler les affaires de la cité ... la police est là pour nous aider , pas regler les problemes à notre place ( ourk , attention toutefois ... de là à faire justice sois meme ou à créer des milices , il n'y a qu'un pas ,.. c'et entendu ) Non ... je pense que c'est un travail de fourmi , et le seul outil à notre disposition , c'est la parole , le droit de se donner la permission de dire que ça ... ça ne va pas ... sans violence mais avec fermeté .
Qui nous l' enseigne ? c'est egalement un autre probleme .
Ce que je vois autour de moi me montre que les institutions republiquaines nous apprend à etre des moutons , à bien se tenir , POINT ! Pas d'initiative , pas de vague ... ne derangeons pas le fumier , ça pue ! Hé bien pour ma part , je vais faire battre mon palpitant , et me permettre d'intepeller des choses qui me paraissent non deontologique en terme de cytoienneté ( à voir dans quelques semaine si je n'ai pas pris 2 ou 3 pains !!! )
Bien le bonjour à toutes et tous
Jm .

ledaoen ... 02/03/2006 09:56



Salut Mabuse, il est clair que je n'ai pas cherché à stigmatiser la police dans son ensemble, loin de là ... C'est un métier difficile, mal payé, dangereux, et mal perçu en plus par ceux là même qui sont sous sa protection tous les jours. Mais il reste qu'un corps de l'état dont la mission est de protéger les citoyens et de faire appliquer la loi doit être nettoyé, purgé même, de tous les éléments pour qui la police s'apparente au far-west, de tous les éléments pour qui il existe des citoyens de seconde zone. Des cons y en a partout certes, mais dans la police plus qu'ailleurs, le recrutement doit être extrêmement rigoureux. La police française collectionne malheureusement les records en matière d'atteintes aux droits de l'homme en Europe (dernier rapport d'Humann Right  Watch) et c'est insupportable. J’ai déjà été contrôlé dans de nombreux pays européens, et cela souvent en compagnie d’amis de toutes les couleurs, et j’ai ressenti du professionnalisme, du respect, de la distance polie à chaque fois, en Allemagne, aux Pays Bas, même dans certains anciens pays de l’Est… Mais à chaque fois que cela m’est arrivé en France, et cela d’autant plus que j’étais accompagné d’amis noirs ou maghrébins, le tutoiement était de rigueur, ainsi qu’un certain mépris dans les mots et dans les gestes. Bien malheureusement, en France, notre police fait exception à
la règle. Et
cela n’est certainement pas sans rapport avec la façon dont elle est perçue et rejetée par une partie de notre population, la plus getthoïsée, la plus marginalisée, celle qui est sans cesse sous le feu de la stigmatisation policière… Ne nous étonnons pas si ensuite, les réactions sont violentes et destructrices. La violence entraîne la violence en retour, et le rejet appelle le rejet … C’est mathématique. Bonne journée à toi mon pote.