Plaidoyer pour l'Homme, par Urbain Roussel M'VOUAMA

Publié le par ledaoen ...

Depuis des siècles, l'Homme a toujours rêvé de sortir de la pauvreté, en entreprenant et en travaillant de toutes ses forces, sans compter les heures. Aujourd'hui et à juste titre, l'Homme proteste dans la rue, revendique tout et n'importe quoi ; parfois au mépris des réalités socio-économiques contemporaines...On peut le comprendre.

En effet, l'Homme constate que ses efforts et ses sacrifices au sein de l'entreprise, sont aujourd'hui anéantis par la logique économique ultra-libérale : « marche ou crève »! Car les Immigrés choisis, qualifiés et moins exigeants en matière de rémunération, frappent aux portes de l'Europe. Bienvenue dans l'esclavagisme moderne!

Et pourtant, nos multinationales « françaises » affichent avec ostentation, fierté et arrogance, des bénéfices nets en hausse. Ce, tout en programmant à la fois, des plans de licenciement autoritaristes pour des milliers d'Hommes et de Femmes désabusés.

Tout laisse à penser que de nos jours, les dividendes dûes aux actionnaires actifs ou passifs, et les augmentations de salaires des « Grands-Patrons Intouchables », priment sur la Dignité Humaine. Il ne faut pas après s'étonner que les salariés « jetables » à tout moment, soient démotivés voire déprimés ; au point de recourir parfois à des actes de violence...traduisant souvent l'amertume et le désespoir d'un Homme en vie.

Vous avez dit « capitalisme à visage humain » ? Alors pratiquons le ici et maintenant.

Urbain Roussel M'VOUAMA
17 février 2008

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ledaoen 04/03/2008 09:27

Tiens ! Un nouveau patron qui s'exprime :)
Les récentes tribulations de Denis Gauthier Sauvagnac viennent donner un éclairage particulier au texte de mon ami Urbain. Ne confondons pas les Patrons de PME qui bien souvent se tuent à la tâche 60 heures par semaine et ne gagnent pas le centième des mandataires des multinationales du CAC40, qui se co-optent entre eux, tous issus des mêmes écoles et de smêmes quartiers bourgeois le la capitale. Oui il s'agit bien d'une nouvelle aristocratie. La révolution française fut une révolution bourgeoise, ne l'oublions jamais. Mais un système sans aristocratie est il viable ? La question est ouverte, passionnante et difficile. Nous tenterons d'y réfléchir ici même dans les semaines qui viennent. Je compte sur vous.
Bien à vous tous.
ledaoen ...

Dr M 27/02/2008 10:25

Ouaip ... À bas les fermetures éclaires , vivent les boutons pressions ...
Tant qu'on tapera sur le système que chacun alimente , tant qu'on comprendra pas que les multinationales françaises n'ont de français que le nom et que la politique " antipatron " systématique ne sert au final que la haute société et pas le peuple , hé bien les choses ne feront que s'aggraver ...
Aux armes citoyen ?