Françafrique : La rupture cordiale, par Urbain Roussel M'Vouama

Publié le par ledaoen ...

Autisme cynique, coups d'Etat commandés, neutralité ambiguë, interventions militaires sélectives, soutien intéressé aux "despotes-kleptomanes", magouilles politico-financières etc ... Telle était la Françafrique Gaulliste post-coloniale, gérée par Jacques Foccart et son bras droit opérationnel : Bob Denard et ses mercenaires.

Depuis le sommet Franco-Africain de La Baule, où le président Mitterrand avait invité les Chefs d'Etats Africains à instaurer la démocratie intégrale dans leurs pays, les chaos politiques se répètent. Ce, faute d'une conscience nationale aujourd'hui bradée sur l'autel des intérêts financiers égoïstes.

Pendant ce temps, le Peuple asservi et méprisé, tire le diable par la queue ... pour survivre.

Souvenons-nous qu'un Ministre de la Coopération nommé Jean-Pierre COT, avait été démissionné suite à ses propos très critiques vis-à-vis de certains "monarques africains" richissimes; plus soucieux de préserver leur Trône - de Père en Fils - que d'investir dans de réels projets de développement économique répondant aux préoccupations majeures et vitales des populations.

Les Etats africains ne sont pas pauvres. Ils ont été appauvris par les rapaces spéculateurs et autres suceurs tous azimuts, tant nationaux qu'étrangers.

Comment peut-on prendre au sérieux un Président africain milliardaire en dollars, quémandant des aides financières internationales avec un brin de chantage ? Tout en se vantant de l'inauguration d'un puit d'eau "archaïque", d'un dispensaire de brousse et d'une école primaire dans son Village natal. Ce souvent, grâce au "dévouement" d'une ONG internationale en quête de subvention ...

C'est suite à ce constat que je salue le franc-parler et le courage de Monsieur Bockel, actuel Ministre de la Coopération; dont les propos pragmatiques ont fait trembler le "Cartel des dictateurs africains" aux abois.

Plus rien ne sera comme avant. Car si tu as peur de prendre la responsabilité d'apporter le nouveau, ne tente pas d'arrêter les âmes qui ont la volonté de le faire. Laissons donc le temps au Président Sarkozy, de promouvoir une nouvelle coopération Europafricaine sans complexe ni tabou...

On ne change pas les mentalités "néocoloniales" du jour au lendemain.

Salutations républicaines et bien à vous.


Urbain Roussel M'VOUAMA
Président de l'association CURE.
Cercle Urbain de Réflexion Emancipatrice
assocure@free.fr



Ce texte de mon ami Urbain fait référence aux voeux que Jean Marie Bockel, Ministre de la Coopération, a prononcé le 15 janvier dernier. 
Discours admirable que vous pourrez trouver à l'adresse suivante :

http://appablog.wordpress.com/2008/01/16/discours-de-m-jean-marie-bockel-%C2%AB-lacte-de-deces-de-la-francafrique-%C2%BB-15-janvier-2008/

le magazine "Jeune Afrique" ne s'y est pas trompé, criant dans un article intitulé "Il faut sauver le soldat Bockel", son soutien à ces nouvelles considérations sur la coopération Franco-Africaine.
Vous trouverez cet article ici :

http://www.jeuneafrique.com/jeune_afrique/article_jeune_afrique.asp?art_cle=LIN20018franclekcob0

Bonne lecture.
Ca vaut le coup.

ledaoen ...



Et pour finir :

Interview de Jean Marie BOCKEL parue dans Le Monde du 16 janvier 2008 suite à son discour.

copyright Le Monde

www.lemonde.fr


Six mois après l'élection de Nicolas Sarkozy, il semble que rien n'ait changé dans les relations entre la France et l'Afrique, contrairement aux promesses de rupture faites pendant la campagne électorale. Le ministre d'ouverture que vous êtes accepte-t-il ce statu quo ?

C'est justement parce que je suis un ministre d'ouverture et que j'ai adhéré au discours de Nicolas Sarkozy sur l'Afrique que je souhaite que les choses changent. Or la rupture tarde à venir. Il y a encore trop de rentes de situation, trop d'intermédiaires sans utilité claire, trop de réseaux parallèles pour permettre un partenariat assaini, décomplexé, d'égal à égal. La "Françafrique" est moribonde. Je veux signer son acte de décès. Il ne s'agit pas de faire la morale, mais d'aider au développement. Or, à cause de défauts de gouvernance dans certains pays, notre politique de coopération, malgré de multiples réalisations, ne permet pas des progrès à la hauteur des efforts consentis.

Comment expliquez-vous ce manque d'efficacité ?

La mauvaise gouvernance, le gaspillage des fonds publics, l'incurie de certaines structures administratives ou politiques, la prédation de certains dirigeants, tout le monde connaît ces facteurs ou les imagine. Au total, sur 100 milliards de dollars annuels d'aide pour l'Afrique, 30 milliards s'évaporent. Certains pays ont d'importantes ressources pétrolières, mais leur population n'en bénéficie pas. Est-il légitime que notre aide soit attribuée à des pays qui gaspillent leurs propres ressources ? Il faut donc revoir les conditionnalités, évaluer l'efficience de notre aide.

A quels pays pensez-vous ?

Je ne suis pas là pour montrer du doigt tel ou tel chef d'Etat. Ce serait contre-productif. Mais il serait intéressant d'écouter non seulement les dirigeants, mais aussi les sociétés civiles dire ce qu'elles pensent de l'efficacité de notre aide.

Justement, le régime gabonais d'Omar Bongo vient de "suspendre" les organisations de la société civile qui critiquent l'opacité de sa gestion des revenus pétroliers...

Le président du Gabon est un ami de longue date de la France. Sur la liste des pays problématiques, je ne le placerais pas en tête. Mais, sous réserve de vérification, je regrette cette décision.

Que pensez-vous de la décision du parquet de Paris de stopper l'enquête sur les "biens mal acquis" par certains chefs d'Etat africains ?

Pour faire évoluer les choses, on peut provoquer le conflit. Ma méthode est différente, forte et pédagogique, non idéologique. Il s'agit de conditionner notre aide à une bonne gouvernance, faire comprendre à l'opinion et aux dirigeants que ce serait plus efficace. Dans les accords de partenariat, nous pouvons demander un engagement de transparence sur l'utilisation des ressources en matières premières, exiger qu'une partie de la rente pétrolière soit utilisée dans les projets que nous aidons. Encore faut-il qu'on se tienne à cette ligne. Je suis en dialogue avec le président de la République à ce propos. Le moment est venu que je sois soutenu jusqu'au bout.

Auriez-vous du mal à vous faire entendre ?

Le président a fixé un cadre au niveau du discours. Le moment est venu d'une piqûre de rappel pour aller plus loin dans la démarche de rupture et mettre nos principes en actes. Tuer les petites pratiques moribondes et renouveler notre manière de dialoguer avec les Africains. Le président sera en Afrique à la fin de février : c'est le bon moment.

L'un de vos prédécesseurs, Jean-Pierre Cot, ministre de la coopération, a dû démissionner, en 1982, après avoir cherché en vain à changer les relations entre la France et l'Afrique. Ne courez-vous pas le même risque ?

C'est un vieil ami. Il s'est vite isolé et n'a pas forcément fait la bonne analyse. Moi, je suis avant tout un pragmatique. Je sais gérer les gens, les budgets, les contradictions. Je sais qu'on ne décalquera pas du jour au lendemain notre morale en Afrique. Je sais aussi que l'Afrique est le continent de demain, et qu'il en va de l'intérêt de la France de mettre en oeuvre cette rupture. La jeunesse africaine l'attend.

Propos recueillis par Philippe Bernard

Article paru dans l'édition du 16.01.08.

Commenter cet article