Le syndrome Front National

Publié le par Urbain Roussel M'VOUAMA

Ayons le courage de nous poser la question : pourquoi de 0,2% de voix aux cantonales de 1982, Jean Marie Le Pen est-il arrivé au 2e tour des présidentielles de 2002 avec un score de 20% ?

Car partout où la République échoue, les extrémistes s'imposent.

Et si face à la "Lepénisation" des esprits, le vrai danger pour la France était : l'embarras, le désarroi et les ambiguïtés des successifs gouvernants souvent coupés des réalités ? Lesquels, durant plus de vingt années de complaisance, de cécité et de compromission, ont concouru indirectement à la fulgurante ascension des extrémistes de tous bords; extrémistes que ces mêmes gouvernants nous demandent à présent de combattre. Méfions nous des "pompiers-pyromanes" gérant la facture de l'indifférence...

L’heure n’est plus aux mesquines stratégies électoralistes consistant à gêner, piéger ou culpabiliser les adversaires politiques. Mais à répondre objectivement et sans arrogance aux préoccupations majeures et vitales des citoyens. Gare aux récupérations politiciennes !


Urbain-Roussel M’VOUAMA
Paru dans l’Est Républicain le lundi 03 octobre 2005.


Association
C.U.R.E (Cercle Urbain de Réflexion Emancipatrice)
assocure@free

Commenter cet article